Le LaTeX pour les SHS ou « couvrez ce langage que je ne saurais voir. Par de pareils objets les âmes sont blessées… »

Finalement, l’acte III de la scène II du Tartuffe fournit une bonne entrée en matière. Parce qu’aux habitués de Word et autres logiciels de traitement de texte, un langage impliquant de la programmation a légèrement tendance à rebutter…

Pourtant, le LaTeX ne nécessite pas forcément d’être un programmeur de talent. À dire vrai, il est même possible d’utiliser des processeurs documentaires qui permettent de s’en dispenser. Lyx est l’un d’entre eux et c’est celui que je vais utiliser pour la rédaction de mon manuscrit de thèse.

Je profiterai de l’avancement de mes travaux pour partager sur ce carnet mes réflexions, retours d’expériences et autres astuces sur ce logiciel.


Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne au sein du laboratoire Framespa de Toulouse sur Compter les arbres. Une histoire des forêts méridionales à l'époque moderne (sous la direction de Sylvie Mouysset et de Jérôme Buridant). Ingénieur de recherche contractuel humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux. Rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux Blogue sur http://dighistory.hypotheses.org/ Tweet sous le pseudonyme d'@HistorieNumeriq/

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Maïeul dit :

    bof, lyx ca va cinq minute, mais dès que tu veux profiter de toutes les puissances de latex et notamment de biblatex, il vaut mieux coder en dur …

    tiens je me demandais : tu gère comment les entrées biblio non standards, style cotation d’archive ? tu fais tes propres types d’entrées, ou tu essaie de faire entrer dans les types standards ?

    • Sébastien Poublanc dit :

      Je suis d’accord, Lyx n’est pas la solution parfaite pour une thèse en SHS : impossible d’utiliser Biblatex, obligé de coder en latex pour les formats…
      Tout est une question de timing, et je m’y suis pris trop tard pour ma rédac ; d’où le carnet pour en faire profiter les autres.
      Néanmoins, Lyx dispose de sérieux avantages : il est facile d’accès, il ne rebute pas les technophobes et il est stable. Par rapport à word, on y gagne ! Couplé à Zotero, on s’en sort facilement sans trop mettre les mains dans le cambouis !
      Les cotations d’archives sont gérées manuellement, à base de copié/collé… 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *