Partager la connaissance : Mondes Sociaux, un magazine sur Hypothèses

6286864436_e6f009c6ec_oLe magazine Mondes Sociaux sur la plateforme Hypothèses a aujourd’hui 9 mois ; ce n’est pas encore l’âge de raison, mais il est toutefois suffisamment vieux pour procéder à une légère analyse de ce projet singulier porté par les membres du labex Structuration des Mondes Sociaux.

Pour ceux qui ne le connaissent pas, le Laboratoire d’Excellence SMS est un projet de recherche en Sciences Humaines et Sociales hébergé au sein de l’université de Toulouse. Il regroupe les chercheurs de dix laboratoires et ambitionne de développer une conception renouvelée des formes de structuration des mondes sociaux en renforçant la convergence entre les disciplines. Pour y parvenir, il désire accroître les interactions des scientifiques avec le monde social : c’est le but de son Laboratoire des Idées ; c’est aussi celui de Mondes Sociaux, un magazine mettant à disposition d’un public plus large les résultats des travaux.

Un magazine oui, mais pour quoi faire ?

Capture d’écran 2014-03-10 à 15.15.43

Un Comité éditorial constitué et une soixantaine articles publiés,  plusieurs  questionnements ont émergé. Si la dimension numérique s’est imposée d’elle-même, le choix du CMS (Content Management System, Système de gestion de contenu) a été sujet à débat, la sélection étant étroitement liée à l’environnement du logiciel. Les solutions retenues sont les suivantes :

  • Emploi du CMS du site de l’université du Mirail (K-SUP) afin de développer notre plateforme dont les articles sont à même d’être intégrés dans le site principal ;
  • Utilisation du CMS de la COMU (ex PRES) de Toulouse (DRUPAL), avec les mêmes possibilités mais avec une plus grande audience ;
  • Usage de WordPress pour réaliser un blog local avec notre propre web design au sein de l’écosystème numérique de l’université de Toulouse 2 – Le Mirail ;
  •  Prospection auprès de La vie des idées et de Sciences Humaines (deux sites dont nous apprécions tant le contenu que la présentation) pour connaitre la disponibilité de leur CMS.

Toutes ont été retoquées pour le même motif : aucune n’est en mesure de garantir une audience suffisante pour le projet ; pour y arriver, nous aurions dû engager une intense campagne de promotion (ce qui a été envisagé), au mieux chronophage, au pire inefficace. Quant aux CMS de La vie des idées et de Sciences Humaines, ils sont propriétaires, donc réservés.

Le Comité éditorial s’est alors tourné vers la plateforme Hypothèses1.

Capture d’écran 2014-03-10 à 16.37.31Commençons par les avantages : avant toute chose, Hypothèses promeut les meilleurs billets de chaque carnet sur sa page d’accueil, ce qui est à même de drainer suffisamment de trafic sur notre magazine à condition que nos articles soient « intéressants ». Par extension, c’est aussi un excellent moyen de vérifier leur qualité. Rédacteurs et mots-clefs sont moissonnés par Isidore, le moteur de recherche de SHS, au même titre que Revues.org, Persée, Cairn2 Un trafic soutenu permet aussi de faire remonter les auteurs dans les requêtes de Google, ce qui est un bonus appréciable pour la visibilité de leurs recherches.

La plateforme souffre néanmoins de quelques inconvénients : l’impossibilité de choisir un thème graphique propre et des modules dédiés était vraisemblablement le plus handicapant a priori. L’absence de contact sur le site en est un autre, mais la réactivité de l’équipe en charge est une garantie3. Enfin, le dernier problème – mais non le moindre – réside dans le CMS (WordPress) qui n’est pas conçu pour propulser un magazine. Mine de rien, cela oblige votre serviteur à multiplier les insertions manuelles au détriment de l’automatisation. Avec, pour conséquence, le risque d’oublier des informations…

Toutefois, aucun de ces inconvénients ne nous semblant rédhibitoire, nous avons opté pour Hypothèses.

Quelle ligne éditoriale adopter sur la Toile ?

La ligne éditoriale du magazine s’exprime, entre autres, à travers des rubriques :

  • Un chercheur : un article biographique accompagné d’un focus sur une dimension particulière des recherches ;
  • Une thématique : un article de synthèse sur des travaux relatifs à une thématique portée par le Labex ;
  • Une publication : note de lecture d’un ouvrage ou d’un article, résumé de thèse ou de mémoire d’HDR par leur auteur ;
  • Tribune : article sur une question de société ou sur un débat scientifique contemporain ;
  • Deux ou trois choses sur : article réalisé par un chercheur sur une question sur laquelle il travaille ;
  • Dossiers : autour d’une introduction, il regroupe les articles d’un même sujet;

4240934231_062ff9736f_oDès le début, plusieurs impératifs sont définis à partir des contraintes du support numérique. Les écrits se doivent d’être courts : pas d’appareil critique, peu de citations, quasiment aucune bibliographie dans le corps du texte, une brève à la fin de certains. Au maximum, les articles font 10 000 signes. La question du format est ici déterminante : trop peu,  la qualité s’en ressent ; trop long, le lecteur risque de s’en désintéresser. De manière concomitante, les billets ne sont pas justifiés : en alignant les textes à gauche, nous souhaitons éviter que l’œil ne décroche et se désintéresse du propos.

La ligne éditoriale complète ce parti-pris : les articles doivent être succincts tout en restant structurés par de brefs titres ; ils délivrent une information aboutie et inédite sur le sujet tout en livrant des clefs pour approfondir certaines notions. Enfin, ils doivent être accessibles aux non-spécialistes, c’est-à-dire débarrassés des concepts qui peuvent paraîtres abstraits aux non initiés. À ce titre, le plus gros écueil que rencontre le Comité éditorial réside dans la méconnaissance de ces critères par les auteurs, voire dans leur souci d’autopromotion (rare, mais existant).

De la sorte, Mondes Sociaux souhaite contribuer à la circulation des connaissances et à la mise en visibilité des débats scientifiques dans et hors du cadre académique et spécialisé, tout en proposant des éclairages sur des questions de société et des débats d’idées ; le magazine s’inscrit donc en plein la diffusion du savoir cher aux Digital Humanities (titre III, point 7 du Manifeste des Digital Humanities).

4752155240_da9157c49b_o

Manifeste des Digital Humanities, THATCamp 2012

Tirant parti du support numérique, nous avons fait le choix d’enrichir considérablement les billets : les liens internet sont réservés à l’approfondissement des notions, à l’adjonction d’informations pour les lecteurs curieux4 ; vidéos et mp3 sont intégrés directement au billet, permettant un visionnage immédiat. Leur mise en ligne répond à une problématique différente de celle des liens : alors que la consultation de ces derniers est optionnels, vidéos et mp3 proposent un contenu dynamique qui « colle » au sujet du billet. C’est particulièrement le cas de l’article Pierre Laborie, un historien « trouble-mémoire » pour lequel une interview a été menée par deux chercheurs de Framespa, ce qui a nécessité un traitement vidéo et la mise en place d’une chaîne Daillymotion dédiée. Et lorsque le sujet l’autorise, Gallica ou Scribd sont adjoints en implantant du contenu papier sous forme numérique.

Le choix des illustrations complète la ligne éditoriale et différencie les thématiques. La rubrique « Un chercheur » est ainsi la seule à disposer – parfois – d’une photographie du chercheur présenté en tête d’article : elle personnifie le billet en visualisant le scientifique. Pour toutes les autres thématiques, l’illustration de couverture est déterminée par le Comité éditorial. En cela, la démarche se rapproche du magazine papier : l’image est le médium qui donne envie – ou non – d’entrer dans le billet, à l’instar d’une couverture ; elle est donc choisie avec le plus grand soin. L’association entre le titre et l’image est belle : elle suggère plus qu’elle ne montre, titillant la curiosité du lecteur sans pour autant se dévoiler.

Illustration de l'article "Sur les traces de la vie savante à Toulouse"

Illustration de l’article « Sur les traces de la vie savante à Toulouse »

À l’intérieur des billets, le figuratif est aussi présent : il rend le texte moins aride, moins intimidant ; tout en brisant la linéarité de l’écrit, il procure une occasion pour visualiser et appuyer la démonstration. Quand le propos le permet, une touche plus légère, un peu décalée, est employée : elle correspond à l’esprit du magazine, qui se veut sérieux tout en ne s’interdisant pas de manier l’humour à bon escient, dans l’esprit du web 2.05

Résultats et interrogations

Lancé en juin 2013, le magazine est monté progressivement en puissance, jusqu’à tutoyer les 2000 visiteurs uniques (octobre 2013). Chaque mois, plusieurs articles (de trois à une douzaine) ont été mis en ligne en une seule fois. La majorité d’entre eux s’est retrouvée sur le portail d’Hypothèses, tandis que plusieurs sites de référence ont indexé le magazine. Une grosse trentaine de commentaires a été publiée, sans soucis notables6. Plusieurs chercheurs ont été contactés par des revues pour reprendre leurs articles en les détaillants, nous avons été sollicités par Sciences Humaines pour leur rubrique Actu et le service recherche de Libération consulte ponctuellement le site.

thomas_huxley_the_great_tragedy_of_science_the_mousepad-r00033a2025bd012fb41a00ffb0cb9003_x74vi_8byvr_512Du point de vue technique, la faisabilité du projet s’avère conforme à nos attentes : Hypothèses est un formidable outil pour créer un magazine en ligne. Son écosystème tout autant que son CMS très souple permettent de multiples utilisations. Tout au plus peut-on reprocher que la non spécialisation dudit CMS empêche la mise en place de routines automatiques avec tous les risques que cela comporte7  : obligation d’insérer manuellement la date de publication ; problème d’orphelines dans le corps du texte ; statistiques pas assez poussées et seulement mensuelles ; absence de chapeau introductif générant lui-même le style ; impossibilité d’indiquer en tête du texte le nom de l’auteur sans que celui-ci ne soit « mixé » dans l’aperçu du billet disponible en première page du magazine ; module de gestion des comptes pas assez poussé pour l’administrateur principal, l’obligeant à créer les comptes des auteurs via une adresse fictive (merci Guerrillamail) pour pouvoir ensuite leur attribuer la paternité du texte !

Tout confondu, l’édition d’un billet prend environ une heure : mise en forme du texte, recherche des liens et des illustrations, insertion des encadrés… nécessitent une main d’œuvre mobilisable pendant quelques longues périodes. Mais en l’espèce, c’est un travail fort agréable.

Malgré ces accomplissements, l’audience du magazine s’est un peu érodée au fil du temps. Le différentiel statistique s’explique par la conjugaison de deux facteurs : un nombre de billets mensuels en baisse et l’absence de reprise en « Une » d’Hypothèses pour le mois de novembre 2013.

Capture d’écran 2014-02-18 à 14.21.17

Statistiques de 2013

Constatée, l’érosion nous a fait prendre conscience de plusieurs facteurs : comme relais de croissance, la visibilité en « Une » est d’une importance capitale, puisqu’elle draine une partie essentielle du trafic journalier. Sans elle, notre audience se réduit ; pour y pallier, nous avons investit les réseaux sociaux, Facebook et Twitter en tête. Jusque là, le magazine ne disposait pas de réseaux sociaux dédiés : ses billets étaient repris (et noyés) au sein de ceux du Labex. Si le premier réseau se borne à être un simple relais automatique grâce à l’application dlvr:it, le second est beaucoup plus intéressant.

La faculté de pouvoir interpeller directement les comptes twitter préalablement identifiés (individus clefs, faisant office de nœud d’informations ; institutions ; comptes officiels…) a permis de stabiliser le trafic. Mieux, l’interaction ainsi générée a attiré plus facilement l’attention des twittos sur le magazine, tout en échangeant avec eux. Cela a même donné lieu à un #teasing avant la publication des nouveaux billets.

Interaction avec la chargée des relations publiques Université Toulouse lI Le Mirail.

Échange de tweets avec la chargée des relations publiques de l’Université Toulouse lI Le Mirail.

Autre facteur de l’érosion, l’indisponibilité des chercheurs, problème intimement liée au ratio gain/coût de la rédaction d’un article. Sollicités pour un billet présentant leur recherche, nombre d’entre eux biaisent : en retard pour la rédaction d’articles à destination de revues, ils remettent à plus tard l’écriture de nos billets – sous-entendu, lorsque leurs « vrais » articles, publiés dans des revues classées et reconnus par les institutions de recherche seront achevés.

gse_multipart66496S’il n’entre pas ici de relancer la querelle Anciens vs Modernes à propos de la mise à disposition du savoir, il convient en revanche de poser la question de la reconnaissance de ces billets par les tutelles8. Un article synthétisant une recherche aboutie, inédite, gage de plusieurs mois de recherches et de plusieurs jours d’écriture, ne devrait-il pas être reconnu comme une publication ? Si c’est le cas, comment le citer ? Je m’adresse ici à la plateforme Hypothèses : je sais que le débat est un jours passé sur la liste des Carnetiers, sans que je puisse en retrouver trace ; ne pourrait-on – à l’instar de Revue.org – disposer d’une véritable référence bibliographique pour nos auteurs ? Doit-on inscrire Mondes Sociaux auprès de la BNF pour disposer d’un numéro ISBN ? Autant de questions non tranchées mais qui doivent être soulevées dans le cadre d’une activité en constante croissance ; après tout, n’est-ce pas l’un des objectifs des Digital Humanities ?

Et maintenant ?

Mondes Sociaux continue sa croissance. Il n’est pas exclu que le trou d’air constaté résulte de la collusion des vacances de décembre – période plus propice aux agapes qu’aux travaux de plume – et de la rentrée 2014, saison des articles, colloques et autres corrections de copies… C’est la limite de l’exercice : la fenêtre temporelle est trop courte pour tout comprendre ; il faut attendre l’année prochaine pour disposer de suffisamment de recul sur le sujet.

9901f1c765824352a8ba7a4db2e117c3

Anatomy of a winter break

D’ici là, le magazine va continuer son petit bonhomme de chemin : 8 articles sont prévus d’ici fin février/début mars. À partir de là, il est possible que les publications se fassent alors « au fil de l’eau » et non plus en bloc : peut-être que cela correspondra mieux à ce que l’on attend d’un magazine numérique ?

Autre axe d’investigation, la mise en place d’une bibliographie globale issue de nos articles sur Zotero (incluant les billets de Mondes Sociaux ?) qui s’inscrirait dans le souci de valorisation des chercheurs, tout autant qu’à la mise à disposition de connaissances partagées, l’un des axe phare du magazine.

  1. L’utilisation de Revues.org a aussi été débattu, mais rapidement abandonné : le but du magazine étant de fournir une information de qualité, mais dépourvue des critères scientifiques des revues – notamment l’appareil critique -, nous ne pouvions pas utiliser la plateforme). Hypothèses dispose d’énormément d’avantages, mais aussi d’inconvénients qui ont été mesurés ((Inutile de préciser qu’à ce stade, ce sont les avantages qui l’ont emporté… []
  2. D’ailleurs, ils sont aussi référencés dans des bases de données internationales lorsque l’on s’inscrit sur la plateforme. []
  3. Non, je ne fayotte pas. []
  4. Les définitions particulièrement utiles sont mises en exergue dans le corps du texte grâce à une petite ligne de code : enchâssées dans un rectangle gris, elles scandent le texte. []
  5. L’esprit du web 2.0 s’appuie ici sur l’utilisation d’images sous licence Creative Commons, généralement trouvées sur Flickr, avec mention de l’url et de l’auteur. []
  6. N.D.A. : c’est-à-dire sans troll, ni point Godwin… []
  7. Mais il me serait toutefois malséant de reprocher la non-spécialisation d’un logiciel que je célèbre juste avant pour sa souplesse ! []
  8. Attention, je parle ici d’articles conçus tels quels, et non de billets de blogs en forme d’infusoires de savoir. []

Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne au sein du laboratoire Framespa de Toulouse sur Compter les arbres. Une histoire des forêts méridionales à l’époque moderne (sous la direction de Sylvie Mouysset et de Jérôme Buridant).
Ingénieur de recherche contractuel humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux.
Rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux
Blogue sur http://dighistory.hypotheses.org/
Tweet sous le pseudonyme d’@HistorieNumeriq/

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. Ce billet est très instructif par rapport à une analyse à mi-parcours de votre carnet : à la fois d’un point de vue technique, mais également éditorial&scientifique (implication des chercheurs ou non dans l’écriture des billets notamment) – nous sommes confrontés au même problème sur le carnet http://openarchiv.hypotheses.org/ pour lequel nous cherchons des témoignages de chercheurs par rapport aux pratiques de publication (hors circuit éditorial traditionnel) et en particulier, diffusion d’articles en libre accès (utilisation d’archives ouvertes et HAL notamment)….Avis !!
    Quant à votre interrogation : »Doit-on inscrire Mondes Sociaux auprès de la BNF pour disposer d’un numéro ISBN ? » , d’un point de vue documentaire, j’aurais tendance à dire qu’il faudrait plutôt se tourner vers l’obtention d’un e-ISSN (numéro ISSN pour revue en ligne) mais du coup, on va vers revues.org. Or comme vous le signalez, cela laisse sûrement moins de flexibilité pour la mise en ligne de divers supports (notamment vidéos) et moins d’espace aux contenus résultant « d’une recherche ou de recherches en train de se faire ». A mon avis, votre modèle est bon, il faut juste instaurer de nouvelles habitudes d’écritures (le billet Vs l’Article), d’échanges entre personnes et de communication (tout court) au sein de la communauté…ça prend du temps, mais il faut y croire !!

  2. everdeil dit :

    à mon avis un pb sur la page d’accueil est que les titres des articles sont tronqués. Où alors il faut travailler pour les rendre plus courts… Merci en tout cas de cette réflexion

    • Sébastien Poublanc dit :

      On essaie de les tronquer au maximum, mais c’est difficile ! Synthétiser le propos du titre pour en extraire la substantifique moelle est un exercice délicat ! Quant à augmenter l’espace alloué à chaque billet sur la page d’accueil, on se heurte au problème de ne pas pouvoir modifier la feuille de style qui est propriété d’Hypothèses…
      Merci d’avoir pris le temps de la lire !

  1. 19/03/2014

    […] en savoir plus : lire l’article de Sébastien Poublanc, Doctorant en histoire moderne au sein du laboratoire Framespa de Toulouse […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *