Lyx ? Qu’es aquò ?

Selon ses concepteurs, Lyx est  un “logiciel de traitement de documents (open-source) qui permet de se concentrer sur le contenu et la structure de ses écrits, et qui se chargera de les mettre en page d’une façon esthétique et homogène, en s’appuyant sur LaTeX”.

Concrètement, il suffit de paramétrer une seule fois les paramètres de mise en page afin d’obtenir un fichier au format de notre choix. C’est la fin des styles qui sautent, des sauts de paragraphes aléatoires et des conflits liés à l’exportation vers les différents systèmes d’exploitation (ex : imprimer sa thèse…). Ah oui,  cerise sur le gâteau, le logiciel exporte directement au format pdf afin d’éviter toute déperdition…

Mais alors me direz-vous, pourquoi son usage demeure-t-il confidentiel (en SHS, puisque les sciences naturelles l’utilisent massivement) ?

Petit descriptif historique 

Si vous avez lu attentivement la première phrase de ce billet, vous avez sans doute remarqué un mot qui pourrait vous paraître sibyllin : LaTeX (à prononcer lateq). Il s’agit d’un langage informatique et d’un système de composition de documents créé en 1983 à partir d’un logiciel de composition de documents dénommé TeX (datant lui-même de 1977). À la différence des logiciels WYSIWYG (« What you see is what you get », soit « ce que vous voyez est ce que vous obtenez ») de type Word, LaTeX différencie le contenu de sa mise en page. En ce sens, LaTeX peut être considéré comme un préparateur de copie auquel on doit donner des instructions. Instructions qui se donnent sous forme de lignes de commande comme ci-dessous :

Une fois le fichier achevé, le logiciel exporte le texte et achève la mise en forme :

Une fois la rédaction commencée, le champ de saisie s’avère de suite moins convivial pour les plus réfractaires aux lignes de commandes…

TeXworks

C’est ici que Lyx entre en scène.

Lyx, le processeur documentaire

Ce logiciel est écrit en LaTeX, mais il dispose d’une interface graphique pour le rendre plus souple. Là où LaTeX fait l’impasse sur la visualisation de ce que l’utilisateur écrit, Lyx propose une interface visuelle qui permet de “masquer” les lignes de commande, tout en permettant néanmoins d’y accéder si le besoin s’en fait sentir. Ce n’est pas tout à fait du  WYSIWYG, mais c’est ce qui s’en approche le plus :

Capture d’écran 2013-02-22 à 15.23.26

Concrètement, au lieu d’inscrire une ligne de commande à base d’antislash (\) et d’accolades (par ex : \emph {forêt}), il suffit de cliquer sur le bouton exécutant la fonction demandée (souligner, mettre en gras…). Oui, oui, comme Word…

Chaque mise en forme (différents styles de titres, tableaux, notes, citations, notes de bas de page…) apparaît sur la page de saisie selon un code couleur prédéfini. Le paramétrage s’effectue une seule fois, sans avoir besoin d’y revenir : la suppression des styles ne semble pas exister avec ce langage… Mieux, qui n’a pas connu les (quasi) insolubles problèmes : de l’agencement des images, des tables des matières ou des index ? Autant de petits problèmes qui nous obligent à amputer notre temps d’écriture au profit de la mise en page. Sous Lyx, ces objets sont insérés de manière automatique au fil du texte : le logiciel calcule le meilleur emplacement tout en respectant nos règles de mise en forme.

Lyx propose ainsi à son utilisateur une manière d’écrire fondamentalement différente, en se fondant sur la structuration du document et non plus sur la mise en forme. En somme, passer plus de temps sur le fond plutôt que sur la forme.

Mais tout n’est pas simple pour autant, et Lyx recèle aussi ses problèmes qu’un utilisateur avisé doit apprendre à gérer. Le billet suivant en témoigne.

Pour aller plus loin :

Vous êtes en SHS, le code ne vous fait pas peur et vous avez envie d’utiliser LaTeX pour rédiger ? Alors l’ouvrage de Maïeul Rouquette (doctorant, assistant diplômé en histoire du christianisme ancien et littérature apocryphe chrétienne à la Faculté de Théologie et de Sciences des Religions de l’Université de Lausanne et animateur du carnet de recherche Apocryphes) Latex appliqué aux sciences humaines est fait pour vous ! Il est disponible en Licence Creative Commons 3.0 Paternité – Partage à l’Identique France sur le site de l’École des Mines d’Albi. Vous pouvez trouver un compte-rendu de lecture sur /liens socio/


Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne sur la forêt, ingénieur de recherche indépendant en humanités numériques et rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux Je blogue sur http://dighistory.hypotheses.org (l'histoire numérique) et sur https://foret.hypotheses.org/ (la forêt & l'environnement). Et je tweet sous le pseudonyme d'@HistorieNumeriq.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.