Y a-t-il encore un intérêt à publier sans diffuser ? Le cas de Mondes Sociaux

aff-open_v3_bcolasMondes Sociaux est un magazine numérique francophone en libre accès, créé et géré par des chercheurs. Il entend contribuer au partage et à la circulation des connaissances en mettant en visibilité auprès de larges publics des travaux de recherche de Sciences humaines et sociales déjà publiés dans des revues ou des ouvrages scientifiques.

Partant de cette volonté, la question du comment s’est rapidement posée. Comment obtenir une large diffusion au-delà des réseaux académiques traditionnels ? Corolaire de cette interrogation, quelle forme adopter pour plaire à un public varié ? Derrière ces deux questionnements, l’enjeu consiste à penser une identité numérique distinguant rapidement le magazine de la masse des publications en Sciences humaines et sociales.

À cette fin, le magazine a adopté une ligne éditoriale innovante, mêlant articles courts (10 000 signes maximum), absence des codes universitaires traditionnels (pas de notes de bas de pages, bibliographie succincte) et dévoiement de l’illustration : plutôt que des illustrations à caractère informatif, nous avons privilégié des illustrations décalées à base de mèmes et de gifs animés. L’ensemble constitue l’identité numérique de notre magazine, identité construite par tâtonnements, au coup par coup, toute autant construite pour les réseaux sociaux que par eux.

Le prezi

La vidéo

Communication donnée dans le cadre du colloque Open Access et évaluation de la recherche : vers un nouvel écosystème ?, 14 & 15 octobre 2016 à Toulouse


Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne sur la forêt, ingénieur de recherche contractuel humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux et rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux Je blogue sur http://dighistory.hypotheses.org (l'histoire numérique) et sur https://foret.hypotheses.org/ (la forêt & l'environnement). Et je tweet sous le pseudonyme d'@HistorieNumeriq.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Le magazine manque d’humour et d’illustrations !
    Les débats et commentaires sont insuffisants.
    Abscence de polémiques.
    Trop de respect pour les institutions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.